logo fp h100

Suivi des mesures issues de la conférence salariale de juin 2022

L’UNSA Fonction Publique a participé à la réunion organisée le 15 septembre par le Ministre Stanislas Guérini sur le bilan de la mise en œuvre des mesures issues de la conférence salariale.

Le gouvernement a confirmé qu'il n'envisageait pas de nouvelle hausse généralisée des rémunérations en 2022.

L'UNSA Fonction Publique maintient ses revendications afin d'obtenir une hausse de 10% de la valeur du point d'indice.

Alors que l'UNSA Fonction Publique demande au gouvernement de tenir compte de la réalité de l'inflation, le ministre de la Transformation et de la Fonction publiques a annoncé le 15 septembre aux organisations syndicales que rien de plus n'était prévu en matière de hausse des rémunérations.

Pour l'UNSA Fonction Publique, la hausse de  3,5% du 1er juillet était indispensable, mais reste insuffisant. Elle demande toujours une nouvelle augmentation permettant d'atteindre les 10% pour cette année. L'UNSA appelle le gouvernement à organiser une nouvelle conférence salariale le plus rapidement possible et à lancer un « Grenelle de la Fonction Publique » afin de pouvoir aborder les sujets de rémunération, avec l'instauration d'un système d’indexation ou de révision des rémunérations en cas d’inflation, de dialogue social, et une négociation sur les conditions de travail, la santé, la sécurité et la qualité de vie au travail.

L’UNSA a insisté sur les points suivants :

- Tous les contractuels doivent bien bénéficier de la hausse de 3,5%.

- Extension du CTI aux agents exerçant le même métier, mais n’en bénéficiant pas.

- Absence de perspective des agents de catégorie C en début de carrière (pas de progression de la rémunération indiciaire en cas de changement d’échelon).

- La mise en œuvre immédiate du cumul du forfait mobilité et de la prise en charge pour moitié des transports en commun.

- Une hausse du forfait mobilité, du forfait télétravail, des frais de mission...

De son côté, le ministre a confirmé l'ouverture d'une concertation sur les rémunérations en 2023 et a annoncé un chantier autour de l'attractivité et des conditions de travail qui pourrait débuter au cours du mois d'octobre 2022.